arrow-thincheckemaillocationphone
Partager sur LinkedIn
Route du rhum

#TrueDream

Route du Rhum 2018

Suivez l'aventure d'Emmanuel Le Roch, engagé sur la mythique transatlantique en solitaire à la barre du bateau Edenred. Cap sur la Guadeloupe à partir du 4 novembre !

jours

heures

minutes

secondes

31

:

03

:

52

:

16

Depuis le départ

Scroll

Suivez le bateau Edenred en direct

Journal de bord d'Emmanuel

Dimanche 18 novembre

« J’ai pu stopper le bateau la nuit dernière, après être sorti de la zone où les vagues étaient les plus fortes, et sécuriser la cloison du mât, en utilisant des morceaux du plancher que j’ai encollés et vissés de part et d’autre du mât. L’opération n’était pas si facile, avec des vagues de 4 mètres mais la motivation était grande de sécuriser le Class40 Edenred. Je peux à présent poursuivre ma route vers Madère sans risquer de prendre le mât sur la tête ! Merci à tous pour vos messages de soutien, qui me donnent plein d’énergie. »

Samedi 17 novembre

« Quelques nouvelles après avoir traversé la dépression la plus casse-bateau depuis le départ de la course, avec des creux de 8 à 9 mètres. En fin de journée vendredi, le bateau a sauté sur une vague énorme et il est retombé violemment. J’ai rapidement constaté plusieurs avaries, et notamment des fissures aux deux extrémités de la cloison qui soutient le mât. Mes pilotes automatiques étant hors service, je reste à la barre pour me dérouter vers Madère afin de mettre le bateau en sécurité. Je suis indemne et je garde le moral... »

Vendredi 16 novembre

« Et de 5 ! 5e dépression sur cette Route du Rhum... Une bonne partie de mon temps a été passée à changer les voiles, toute la panoplie y passe ! Le Class40 Edenred se transforme en salle de musculation avec la plus belle vue du monde. Nous nous apprêtons à rencontrer une mer très forte cette nuit, je vais faire le dos rond pour passer sans casser, et aborder les alizés dans les meilleures dispositions. Un peu de place tout de même pour le réconfort, avec un repas tranquille, au menu : saumon au bain-marie. Et comme je sais que certains d’entre vous ont posé la question : j’ai prévu la petite touche sucrée dans mon paquetage, photo à l’appui ! »

Jeudi 15 novembre

« Belle journée hier, qui m’a permis d’engranger les milles nautiques. J’ai su manœuvrer pour tirer parti de vents jusqu’à 45 nœuds (plus de 80 km/h). Avec une vitesse du bateau qui a parfois grimpé jusqu’à 22 nœuds, j’ai presque de la chance qu’ils n’aient pas installé des radars de vitesse dans l’Atlantique ! Dehors, sur le pont, les vagues sont aussi fortes qu’une lance à incendie et dans la cabine, il faut se cramponner et essayer de bouger le moins possible parce que ça secoue ! »

Mercredi 14 novembre

Une vue d’un magnifique lever de soleil à bord de l’Edenred, que j'ai dû barrer toute la journée pour cause de vent instable en force et direction, avec une houle qui n'a pas arrangé les choses. Je voulais passer ce front le plus vite possible pour ne pas être bloqué trop longtemps. Grandeurs et misères de la vie à bord : j’avais décidé ce midi d’améliorer mon ordinaire avec un délicieux plat de pâtes fraîches et au moment de les égoutter au-dessus de l’eau (pour ne pas salir le Class40 !), un geste malencontreux m’a fait laisser échapper le contenu de mon assiette dans l’océan. Je me console en me disant que ce repas tant mérité aura finalement profité aux poissons…

Mardi 13 novembre

« Les jours se suivent et ne se ressemblent pas ! J’ai passé la journée d’hier à essayer de faire avancer au mieux Edenred avec un vent quasi nul, et une houle limitant ma vitesse. La récompense est venue en fin d'après-midi avec un vent portant qui me pousse enfin dans la bonne direction. Le moral est excellent et je n’ai à présent qu'une envie : revenir sur mes petits copains de devant ! »

Lundi 12 novembre

« Tout va bien ! Je file actuellement au large du Portugal, en 25e position, avec un bateau à 100 % de son potentiel. Déjà presque 8 jours depuis le départ, et je suis sûr que le meilleur est encore à venir ! »

Dimanche 11 novembre

« Je suis officiellement reparti en course depuis 10 heures hier soir ! Je dois remercier l'ensemble de mon équipe et de mes collaborateurs à terre pour leur engagement et leur soutien. Tout est opérationnel sur le Class40 Edenred, et j'en ai profité pour recharger mes propres batteries. Pointe-à-Pitre, j'arrive ! »

Vendredi 9 novembre

« J'ai touché terre à Baiona ce matin. L'objectif à présent est de procéder efficacement aux réparations du bateau et de prendre un peu de repos après ces quelques journées éprouvantes. Pendant cette escale, je limiterai donc mes contacts avec l'extérieur afin de rester concentré au maximum sur la course et repartir de plus belle dès que ce sera possible ! On ne lâche rien ! »

Jeudi 8 novembre

« Je vais finalement faire mon escale technique à Baiona (près de Vigo), en Galice. Ce sera un lieu plus stratégique pour repartir et c'est aussi plus simple pour les réparations, car le bateau a été éprouvé : il s'y trouve une voilerie qui va prendre en charge l'une des mes voiles, qui est déchirée. Mon collaborateur Gonzague, qui avait préparé le bateau à la Trinité-sur-Mer, se trouve également sur place et pourra procéder à la vérification complète du bateau, avant de pouvoir repartir ! »

Mercredi 7 novembre

« Encore une nuit animée à bord ! Des conditions difficiles, avec une mer agitée (des creux de 5 à 6 m), des vagues qui déferlent sur le pont et quelques soucis techniques sans gravité, comme la casse du support moteur de mon pilote automatique (heureusement, j'en ai un de rechange). J'arrive à dormir et à m'alimenter autant que possible et je tiens bon, progressant même d'une place au classement (23e) ! »

Edit à 13h00 : « À la lecture des derniers fichiers météo, j’estime qu’il y a trop de danger pour la journée de vendredi avec du vent de 55-60 nœuds et une mer énorme. Je prends la décision de faire un stop à La Corogne en Espagne pour préserver mon bateau car ensuite il sera trop tard pour se dérouter. »

Mardi 6 novembre

« Nous subissons actuellement une dépression et c’est un peu la guerre dehors, j’ai passé la nuit aux aguets, paré à intervenir. Je suis dans le front, il y a 45 nœuds de vent (soit plus de 80 km/h !) et je tiens à peine debout mais le moral est bon, je maintiens ma position au classement (24e). Je reste serein : il faudra tenir pendant près de trois jours, tout en réussissant à s’alimenter et à préserver le bateau. »

Lundi 5 novembre

« Premier dîner à bord hier soir : des pâtes thaï ! Après un départ un peu mouvementé (mais très émouvant) et un petit problème technique qui m'ont retardé, j'ai remonté plusieurs places au classement pendant la nuit et le moral remonte aussi ! Nous attendons des nouvelles de la météo pour savoir si la tempête va nous laisser passer. Un grand merci à toutes les personnes qui m'ont suivi et accompagné, ce fut un départ plein d'émotion. »

Dimanche 4 novembre

« Plus que 3 heures avant le départ de la course. Après tous ces mois de préparation, j'ai presque du mal à réaliser que le moment est arrivé. Nous avons passé l'écluse hier au soleil couchant... Impossible de ne pas me rappeler que j'en ai fait autant comme passager il y a 20 ans, avec mon pote Laurent Bourgnon. En course, j'essaierai de vous transmettre des nouvelles tous les jours dans cet espace. Vous pourrez suivre ma progression sur la carte interactive ci-dessus. À très vite ! »

Samedi 3 novembre

« Dernier jour avant le départ. J'ai eu le plaisir de recevoir hier la visite d'un groupe de collaborateurs de mon sponsor Edenred, venus me transmettre des encouragements au nom de l'ensemble du Groupe ; au programme : rencontre, visite du bateau et photos-souvenirs. La foule à Saint-Malo est impressionnante et l'effervescence est de plus en plus palpable ! »

Vendredi 2 novembre

« Un petit aperçu de mon paquetage pour la traversée. Ce n'est pas vraiment la même chose que de boucler une valise car la Route du Rhum n'a rien d'une croisière d'agrément, mais il y a là des vêtements pour parer à toutes les conditions météorologiques, le tout mettant bien sûr en valeur le nom de mon sponsor – et bateau ! »

Jeudi 1er novembre

« Impossible de participer à une compétition de classe mondiale sans un peu d'exposition médiatique. J'étais hier invité sur le plateau de la Grande Émission de la Route du Rhum avec mes collègues skippers Bob Escoffier, Charlie Capelle et Aymeric Chappellier, en compagnie du légendaire musicien celtique Alan Stivell. Super moment. Cliquez ici pour revoir notre séquence et n'hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous ! »

Mercredi 31 octobre

« Voici pour ceux qui se demandent à quoi ressemble le bateau Edenred de l'intérieur ! Cet équipement me sera indispensable pour recevoir le support et traiter les données nécessaires à une course en solitaire, comme par exemple les bulletins météo réguliers, le contact radio en cas d'urgence et bien sûr quelques objets personnels de la part des gens que j'aime. »

Mardi 30 octobre

« Entraînement cycliste à Saint-Malo sous une légère brise. Même à quelques jours du départ, il est fondamental de s'affûter et pendant ma préparation, j'ai fait plusieurs sorties en vélo chaque semaine. Le vélo, ça me vide la tête, ça booste le métabolisme, et ça permet de profiter des superbes paysages bretons ! »

Lundi 29 octobre

« Le public de Saint-Malo est toujours fantastique. Samedi soir dernier, tous les skippers ont été présentés sur scène au public massé dans la cour du château et nous avons reçu une énorme ovation. C'est tout simplement incroyable de ressentir une telle ferveur quand on s'apprête à s'embarquer pour l'aventure de toute une vie. Il reste moins d'une semaine avant le départ ! »

Lundi 22 octobre

« Le grand départ se rapproche. Ce week-end, nous avons procédé avec mes collaborateurs Julien et Arnaud au convoyage du Class40 Edenred entre la Trinité-sur-Mer et Saint-Malo (250 milles marins, soit 460 km le long des côtes bretonnes). Tout s'est bien passé et nous attendons à présent l'ouverture du village de la Route du Rhum ! »

Envoyez vos encouragements à Emmanuel Le Roch

#TrueDream live sur les médias sociaux

Emmanuel Le Roch :
Portrait d'un entrepreneur passionné

Emmanuel Le Roch grandit à Lorient dans le Morbihan. Depuis tout petit, ses rêves sont tournés vers la mer, l’aventure et le grand large. Des rêves que sa rencontre avec Edenred lui permettent aujourd'hui de réaliser.

Découvrir

Le bateau Edenred
Le Class40, monocoque fiable et attractif

Un bateau performant, robuste et accessible, permettant à des marins professionnels ou amateurs éclairés de réaliser leurs rêves de large : le pari de la catégorie Class40, créée en 2005, est réussi ! Aujourd’hui, la classe compte 155 bateaux et plus de 50 d’entre eux seront au départ de la Route du Rhum, dont le n° 100 Edenred.

Découvrir

Actualités