arrow-thincheckemaillocationphone

Vous êtes ici

16 novembre 2018

Route du Rhum : des pointes à 22 nœuds pour le Class40 Edenred

Après une escale de quelques heures en Espagne le week-end dernier, la course a repris de plus belle pour Emmanuel Le Roch, engagé sur sa première Route du Rhum-Destination Guadeloupe. De nouveau confronté à des conditions météo musclées dans le Nord-Ouest de Madère, le skipper du Class40 Edenred pointe ce vendredi à la 24e place à 1 336 milles du leader Yoann Richomme (Veedol-AIC) et à 2 400 milles de la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre.

Une escale salvatrice pour la suite de la course

Cette Route du Rhum n’épargne décidément pas la flotte des Class40 dont une partie des concurrents a dû composer avec le passage de trois dépressions successives dans le Golfe de Gascogne, éprouvant les bateaux et les marins. Après une courte escale à Baiona en Espagne, Emmanuel Le Roch est reparti samedi dernier avec un bateau à 100% de son potentiel et le moral au beau fixe. « Parfois, il faut faire des choix. C’était vraiment la bonne option pour être en mesure d’aller au bout de mon rêve, surtout avec les conditions que l’on a encore aujourd’hui », indique le marin. 

 

Seul ou presque sur l’Atlantique…

Positionné à 260 milles dans le Nord-Ouest de l’archipel de Madère, le skipper d’Edenred avoue se sentir un peu seul, n’ayant pas un concurrent à moins de 200 milles (370 km) à la ronde. « Je n’ai pas beaucoup de repères, j’essaie de me motiver en regardant les classements toutes les heures. Je suis un peu seul, mais je suis quand même à fond et j’essaie de revenir sur les petits copains de devant, même s’ils ne sont pas dans le même système météo que moi », expliquait-t-il à la vacation officielle jeudi.

 

Des surfs d’anthologie !

Avec le passage d’un nouveau front et du vent parfois supérieur à 40 nœuds dans les grains, le skipper d’Edenred a néanmoins engrangé les milles vers la Guadeloupe. « Le bateau était très sollicité, j’ai fait des pointes à 22 nœuds et des surfs d’anthologie ! Dehors, c’était ambiance “lance à incendie” sur le pont et à l’intérieur, il faut se tenir en permanence et bouger le moins possible, c’est parfois très violent. Dans ces conditions, je suis contraint de manger froid car la bouilloire fait des bonds sur le réchaud », raconte Emmanuel Le Roch dans son message de la nuit.

 

Une nouvelle dépression avant les alizés     

Après onze jours de course, il reste encore 2 300 milles à parcourir avant la ligne d’arrivée et surtout une nouvelle dépression à négocier. « C’est la cinquième depuis le départ. Je n’étais pas venu pour faire une transat au près ! Je passe mon temps à prendre ou enlever des ris dans la grand-voile et à changer les voiles d’avant. Ce matin, j’ai tout réduit car le vent monte progressivement avec de la mer forte  il faudra faire attention et bien anticiper. Ensuite, on pourra enfin descendre vers les alizés. »

Suivez l’aventure sur : www.truedream.edenred.com

Lire le communiqué de presse

À la une

Communiqué de presse • Événements

Edenred équipe en cartes restaurant les 2 000 journalistes...

Actualité • Responsabilité sociétale

Opération Sport dans la Ville, acte 2 : les jeunes prennent...

2 août 2019

edenred_acquiert_benefit_online_plateforme_d_engagement_des_salaries_en_roumanie

Communiqué de presse • Développement

Edenred acquiert Benefit Online, plateforme d’engagement...

edenred_ameliore_sa_notation_dans_le_classement_ftse4good

Actualité • Responsabilité sociétale

Edenred améliore sa notation dans le classement FTSE4Good

25 juillet 2019

resultats_semestriels_2019_edenred

Communiqué de presse • Finance

Résultats semestriels 2019