arrow-thincheckemaillocationphone

Vous êtes ici

15 novembre 2021

Basile Bourgnon, 7e en série en Guadeloupe : « Une course au mental »

Basile Bourgnon, le skipper du Mini Edenred, a franchi ce dimanche 14 novembre à 22h 29' 03" (heure de Paris) la ligne d’arrivée de la 23e édition de la Mini Transat EuroChef en 7e position chez les Séries. À 19 ans, le plus jeune concurrent de l’épreuve a mis 16 jours 07 heures 20 minutes et 03 secondes pour boucler les 2 700 milles du parcours de la deuxième étape entre Santa Cruz de La Palma et Saint-François en Guadeloupe. Son temps de course sur les deux étapes est de 27 jours 10 heures 18 minutes 53 secondes.

Il est 17h30 passées en Guadeloupe quand résonne dans la marina de Saint-François « Veridis Quo » de Daft Punk, le groupe préféré de Basile, benjamin de La Mini Transat. Le public est au rendez-vous, le Mini Edenred s’amarre au ponton sous les applaudissements de la famille et des amis concurrents de la Mini, venus féliciter « le petit ». Le visage à peine marqué par 16 jours de transatlantique, les yeux pétillants, Basile affiche un sourire d’enfant et tombe dans les bras de Caroline, sa maman. La fierté, le soulagement et le bonheur, tout simplement, se mêlent à l’alizé qui continue de porter le reste de la flotte sur la ligne d’arrivée.

Il l’a fait. Le skipper d’Edenred a bouclé sa première Mini Transat, sa première traversée de l’Atlantique en solitaire, 34 ans après Laurent son papa, et deux ans tout juste après avoir terminé la Transat Jacques Vabre sur le Class40 Edenred en double avec Emmanuel Le Roch.  

 

 

Bertrand Dumazy, Président-directeur général d’Edenred, déclare : « Edenred est fier du parcours de Basile sur cette Mini Transat : notre skipper Edenred a donné le meilleur de lui-même jusqu'à la ligne d'arrivée pour accrocher cette 7e place après une formidable remontée et plus de 30 places gagnées. À 19 ans seulement, il termine sa première traversée de l'Atlantique en solitaire. Cette belle performance vient récompenser une préparation de plusieurs mois et constitue une étape clé pour la suite de sa carrière prometteuse qui se poursuivra dans quelques semaines sur le Figaro 3 Edenred. Bravo Basile, quel exemple de maturité, d’audace, de détermination pour les 10 000 collaborateurs d'Edenred qui ont vibré avec lui tout au long de cette course. »

Les réactions à chaud de Basile Bourgnon, skipper du Mini Edenred :

Émotion et fierté à l’arrivée 

« C’est incroyable cet accueil à l’arrivée, je suis heureux d’avoir réussi à réparer en mer sur la première étape pour vivre cela aujourd’hui. J’arrive à Saint-François à une place qui me convient au vu des conditions météo que nous avons eues car pour être honnête, je suis plus à l’aise dans le gros temps. »

Une course au mental 

« La course a été difficile mentalement, quand tu reçois les classements et que tu vois que ça bouge sans connaitre la position des autres. Parfois, on est au plus bas parce qu’on a l’impression d’être collé, de devoir enlever des algues toutes les dix secondes ou de reculer au classement. Le lendemain, on se rend compte qu’on a progressé et là c’est une joie immense. Ce n’est pas facile de trouver le juste milieu. J’ai peut-être eu parfois un moral un peu sinusoïdal en début d’étape, mais à la fin j’ai compris qu’il fallait être le plus neutre possible. »

La vie en solo 

« J’ai adoré la vie en solitaire car on ne peut s’en prendre qu’à soi-même. On se félicite aussi ! J’ai appris des choses sur moi et sur la performance. J’ai compris qu’il fallait se dépasser un peu plus la nuit pour faire mieux que les autres par exemple. J’ai bien géré mon sommeil car je suis plutôt en forme à l’arrivée. Et pourtant, cela fait quatre jours que je me rationne, je n’avais plus assez à manger, juste un repas par jour. »

Le Sud, une option payante 

« Au début, je suis parti à l’Ouest et j’ai vite senti que ce n’était pas bon, alors je suis parti au Sud et je voyais des classements catastrophiques. Finalement, quelques jours plus tard, j’ai recroisé le groupe de tête et à partir de là, je me suis accroché comme un fou. J’ai gagné plus de 30 places, c’était une belle remontada ! C’était génial de terminer en mode régate, on était dix bateaux à se voir à l’AIS (Système d’Identification Automatique). J’avais l’impression d’être sur la Mini en Mai ! On empannait les uns sur les autres, on faisait des petites options et au final, je m’en suis bien tiré par rapport aux autres donc je suis très content ! Cette transat, il faut la faire. Il faut passer par là, on se fait mal quand même. Mais c’est très formateur et bon pour la suite du programme en Figaro. »
 

 

À la une

Communiqué de presse • Bien-être au travail

Les entreprises et les CSE ont jusqu'au 31 décembre 2021...

6 décembre 2021

Arrivée du Class40 Edenred en Martinique (Crédit photo: Jean-Marie Liot/Alea)

Actualité • DreamTeam voile

Edenred, 7e de la Transat Jacques Vabre en Class40

29 novembre 2021

Communiqué de presse • Bien-être au travail

Edenred France salue la décision du gouvernement de...

24 novembre 2021

Communiqué de presse • DreamTeam voile

Transat Jacques Vabre : objectif top 5 pour le duo d’Edenred

4 novembre 2021

Communiqué de presse • DreamTeam voile

Basile Bourgnon : « J’ai la rage au ventre »

28 octobre 2021